Actualités de la FMQ

Compte rendu des travaux à la Table Moto 2020

COMTE-RENDU DES TRAVAUX À LA TABLE MOTO 2020

Table de concertation mise en place par la SAAQ pour l’optimisation de la tarification des motocyclistes.  Le CMQ (MDMQ ET FMQ) ainsi que le CAPM y participent.

Merci au MDMQ pour ce très bon compte rendu de la situation en date du 3 janvier 2020

Bonjour à tous,
Suivant de nombreuses réflexions suite à la rencontre du 19 décembre, nous nous permettons de faire un retour sur la situation.

Ce texte sera long et nous nous en excusons, mais l’équipe CMQ- MDMQ croit qu’il faut non seulement être transparent, mais aussi permettre aux gens de comprendre ce qui se passe et ce qui peut être fait. Le choix de lire ou non vous appartient, bien sûr il y aura les éternels frustrés qui ne comprendront pas qu’il y a des étapes dans ce qui est entrepris, des lois et des règlements et que nul ne peut les oublier ou les transgresser. Ceci nous inclut, mais inclut aussi Mr Bonnardel et la Société de l’Assurance Automobile du Québec.

Ceux-là vont continuer de nous crucifier et de nous traiter de pourris et de traîtres à la solde de la SAAQ. Si c’est ce que vous croyez, nous nous permettons de vous rappeler que ce groupe est un groupe ouvert et qu’il vous appartient de rester ou de quitter.

Nous nous permettons aussi de rappeler à tous que l’ensemble du travail effectué par l’équipe CMQ-MDMQ l’est à titre bénévole. Le faire à titre bénévole ne veut pas seulement dire que nous ne sommes pas rémunérés pour le travail que nous effectuons, mais aussi que nous devons aussi nous absenter du travail, ce qui veut dire des pertes de revenus, payer les parkings et l’essence jusqu’à Québec. Nous ne disons pas ça pour être pris en pitié, mais bien pour que vous compreniez que si nous continuons malgré ces frais, c’est que nous croyons être en mesure de récupérer éventuellement cet argent.

Mais nous le disons surtout pour lancer un message à ceux qui s’amusent à nous envoyer des bêtises sur nos pages personnelles et nous traiter de tous les noms ainsi que de faire des menaces et des allégations mensongères. À ces pas de savoir vivre, “get a life”. Le fait de s’impliquer pour une cause ne veut pas dire qu’on va accepter ce type de comportement ou qu’on ne claquera pas la porte à un moment donné. Si vous pensez qu’on ne sait pas où on s’en va, cliquez pour quitter, sinon, prenez le temps de comprendre ce qui se passe, mais aussi ce qui va se passer et comment on peut réussir à faire une différence ensemble.

Bon, maintenant rentrons dans le vif du sujet. À tous ceux qui se sont rendus ici, merci de nous faire confiance.

Premièrement un bref récapitulatif très rapide. Depuis la fin des années 70, la SAAQ (anciennement RAAQ) assure les usagers de la route au niveau corporel. Il y a plus d’un fond dont celui motocyclistes et automobilistes qui sont dès le début séparés. Pendant de nombreuses années, elle roule à perte et lorsqu’elle commence à avoir des fonds, le gouvernement va piger dedans. À ce moment-là, la population se révolte et pour éviter que ça se reproduise, le gouvernement va mettre une loi en place pour l’encadrer et la soustraire à toute influence politique dans le futur, mais va aussi l’obliger à toujours rencontrer ses obligations financières pour chaque fond.

Le résultat, la SAAQ augmente l’ensemble des cotisations pour revenir à l’équilibre budgétaire, dans le cas de la moto, comme il y a moins de motocyclistes, l’effet est dévastateur.

Maintenant, c’est un résumé, ce qui suit est beaucoup plus important. La loi donne aussi des bases pour fixer les tarifications. Ce processus légal demande entre 6-18 mois et a plusieurs étapes. Vous comprendrez que quoi que Mr Bonnardel ait eu de bonnes intentions, il était impossible de corriger le tir à temps pour 2020, mais aussi pour 2021 qui fait aussi parti du 3 ans de projections. En fait, même la SAAQ ne pourrait pas le faire si elle le voulait en fonction de la loi.

Donc, vous comprenez rendu là que si ça prend 18 mois pour corriger les tarifs et que la prochaine grille doit sortir dans un an et demi, nous sommes en ce moment en plein dans le processus. C’est pour cette raison que la table est si importante. Donc, est-ce que nous avons des incitatifs financiers de la SAAQ à rester en tant qu’individus? Non… Est-ce que la SAAQ nous a menacés d’engager des assassins extraterrestres supposés nous faire disparaître ou couler notre corps dans le béton au fond du fleuve si on ne participe pas, non plus. Est-ce que notre intention est de rester à la table si nous ne sommes pas écoutés, pas du tout. Si on sent qu’on continue dans un discours de sourds, on va effectivement quitter.

Revenons au processus, pour y arriver, la SAAQ doit premièrement faire une analyse des coûts et proposer les nouveaux tarifs. Nous avons appris le 19 décembre que ces propositions de tarifs devraient nous être présentées le 9 mars.

Et c’est là que nous pouvons commencer à faire une différence. Suite à ça, les actuaires vont faire leur job en fonction des scénarios. Est-ce que nous pouvons changer les choses rendues là? Définitivement, et c’est là que tout le monde devient important. Dans le cas où nous ne serions pas écoutés, respectés, peu importe le terme, nous pouvons nous présenter aux audiences publiques. En passant, publiques veut dire que tout le monde a le droit d’assister. Et si on n’est pas écoutés, nous espérons qu’ils auront une très grande salle pour leur audience publique, parce que beaucoup de motocyclistes vont se présenter. Dans l’ordre bien sûr, mais suffisamment nombreux pour que le message soit très bien compris.

Donc en résumé, la SAAQ ou le ministre ne peuvent rien faire à court terme. Cette année est l’année déterminante où tout se joue. Nous avons eu des annonces qui seront rendues publiques durant le mois de janvier par le ministre, mais ça n’aura pas d’impact à court terme sur les tarifs. Nous aurons une deuxième rencontre de travail le 9 mars où nous en saurons plus sur la voie que la SAAQ veut suivre dans le futur ainsi que sur les prochaines tarifications.

Nous gardons le cap au niveau politique pour le moment et laissons une chance au coureur qui nous l’espérons saura se montrer raisonnable ou à l’écoute. Par contre on ne met pas d’œillères et on se garde le droit de se présenter pour manifester notre mécontentement et d’exprimer notre opinion aux audiences publiques dans le cas ou on ne serait pas écoutés.

Donc on reste poli et coopératif pour le moment tout en restant éveillé. Ensuite, on avise et il est certain que s’il y a mauvaise foi du côté des instances, d’autres options pour se faire entendre devront et seront envisagées.

Et en passant, oui nous omettons volontairement des détails de la rencontre du 19 décembre et ce dans le but de ne pas vous plonger dans un sommeil sans fin en vous expliquant les tableaux et les statistiques présentées pendant la journée.

Retour à la liste des nouvelles
Règlements générauxCode de déontologieNetiquette